Journal de la classe de neige des Jauressiques 2016

04 février 2016

Dernier message

Bonsoir tout le monde,, 

Nous sommes presque prêts à partir, rendezvous demain matin à l'Espace Georges Brassens vers 9H00, un peu avant, un peu après...? 

Beau temps aujourd'hui avec beaucoup de vent, et surtout une superbe sortie en face sud chez Florence à Chaillol, les enfants ont pu voir sur quel versant ils skiaient.

A demain, n'oubliez pas, Brassns, environ 9H00, un petit déjeuner est offert par la Municipalité.

Quelques photos de ce matin en attendant de revoir vos chéris.

2008_0921fin0209

 

C'est l'horreur, ça pue !

2008_0921fin0210

 

On croit qu'on va s'évanouir...

2008_0921fin0227

 

Mais quand on nous proposeun 32ème élève pour la classe, tout le monde craque et couine "oh, il est trop mignon". Oui, c'est sûr, mais je ne suis pas sûr de lui apprendre à lire et à compter.  Alors on l'a laissé à Chaillol. En parlant de Chaillol, voilà la vue du Dévoluy qu'on a de là bas.

2008_0921fin0234

 

Le Champsaur

2008_0921fin0235

2008_0921fin0236

 

Bonne nuit et à demain.

Posté par Amiral22 à 19:15 - Commentaires [7] - Permalien [#]


03 février 2016

Fin de parcours

Bonsoir à tous,

Tout va à l'envers. Nous sommes arrivés ici sous un merveilleux soleil, le soleil des Hautes Alpes, 300 jours de soleil par an dit-on dans la région, confirmé par les prospectus publicitaires et par l'expérience aussi. Nous repartons d'ici, il neige, alors que de la neige, il nous en a tant manqué. Nous avons eu trop chaud, les mesures de températures étaient folles, tout entre 4 et 10 degrés pendant 12 jours, et voilà qu'aujourd'hui, avant veille de départ, dernier jour de ski et jour de passage des médailles, le vent s'est levé, le froid est arrivé, d'abord la pluie ce matin, puis par moment des bourrasques de neige. Le paysage autour de nous est redevenu blanc, peu de neige est tombée, mais ça suffit pour redessiner le paysage.

Dès ce matin au réveil, on sentait, que ça avait changé, à 8H00 il a pleuvioté, trois gouttes, les bourrasques de vent se faisaient pressantes, il fallait se couvrir. Evidemment, c'est ce matin qu'on allait skier. à 9H00, et pour être prêt pour les cours de skis il a fallu se faire mal, avaler son petit déjeuner en vitesse, s'équiper, aller chercher les skis dans le cabouin où on les range en bas des immeubles. On était prêt avant 9H00, à attendre que le télésiège ouvre et que les moniteurs arrivent.

2008_09212février0043

Franchement, ça fait trop envie de skier, le X blanc, au loin, c'est Chaillol, ou du moins ce qu'il en reste, ils n'ont pas l'air d'être mieux lotis que nous.

Les moniteurs sont arrivés, évidemment ce n'étaient pas les mêmes que d'habitude puisque nous skions l'après midi, mais la flèche était bien programmée et les gamins du groupe fort ont monté les portes au télésiège. Le temps de vérifier que chaque groupe avait un moniteur, tout le monde avait disparu. J'ai pris le télésiège en question, et j'ai retrouvé le parcours de la flèche sur la grande piste bleue. Dans le même temps, quelques groupes mntaient au sommet du Cuchon, en plein brouillard. La flèche a commencé vers 10H00, ça a duré une heure environ, le temps de perdre trois doigts de pied à cause du gel. J'ai pu voir quelques magnifiques gamelles, mais ce n'était pas nos Jauressiques.

2008_09212février0053

C'est un slalom géant préparé pour une flèche, mais tout le monde s'en sert.

2008_09212février0055

 

C'est même un immense foutoir par moments.

2008_09212février0065

C'est parti, celui-là il déchire mais il va tomber le temps que je me retourne, dommage.

2008_09212février0077

Florian, flèche d'argent. bien joué petit.

2008_09212février0072

2008_09212février0085

2008_09212février0075

Pendant ce temps, le temps se levait, midi approchait,et il fallait songer à l'heure du miam.

2008_09212février0082

Alors nous y sommes allés, il fallait bien. Paupiettes de veau et ragougnasse de légumes, bon courage.

Cet après midi, il y avait encore ski, et les débutants passaient leur flocon. La neige s'était transformée en soupe malgré le vent, il fallait en vouloir pour continuer sur les pistes. Mais ils l'ont fait.

2008_09212février0100

2008_09212février0101

2008_09212février0131

Ne te cache pas, je t'ai reconnue.

A 15H00, le cauchemar s'arrêtait, le goûter nous attendait, et surtout la remise de médailles. 104 gamins, ça en fait de la médaille à remetre, ça a été un peu long, mais ça s'est passé dans la bonne humeur, avec son lot de bravos et de bonnes surprises.

2008_09212février0152

2008_09212février0164

 

Et oui, la retraite à l'ESF, c'est pas à 55 ans...

2008_09212février0170

2008_09212février0166

2008_09212février0154

2008_09212février0178

Bon, c'est très bien tout ça, mais il y a une tartiflette à avaler, un gâteau d'anniversaire à engloutir, et c'est la boum !

2008_09212février0188

Les folles de service, complètement siphonnées, vivement qu'on rentre.

2008_09212février0199

2008_09212février0205

2008_09212février0206

Ne cherchez pas le vôtre, c'est sans flash, on ne reconnaît personne, vous le retrouverez dans deux jours.

 

 

 

Posté par Amiral22 à 22:49 - Commentaires [8] - Permalien [#]

02 février 2016

Mardi 2 février, toujours dans la soupe !

Le temps s'annonçait beau au lever du jour ce matin, les premiers rayons du soleil donnaient au Sirac une teinte rougeâtre qui n'aura vécu que quelques instants. Après, le jour se lève, tout devient plus uniforme, le rêve ne dure que trop peu de temps.

 

2008_09202février0001

Le rêve a trop peu duré pour tout le monde, car ce matin, il y avait une vraie matinée de classe, presque complète, sans apiculteur, sans fermière, sans commande de souvenir, aucun échappatoire, une vraie matinée de classe, sans récré en plus.

Pire, l'Amiral avait poussé une grosse colère la veille pendant l'étude, et visiblement il n'était pas redescendu de son nuage pédagogique, il a fallu travailler pour de bon. Des maths, encore des fantasmes sur la proportionnalité, avec du calcul et pire que tout, il a parlé de fractions  et de pourcentages tout le temps, Au bout de trois quarts d'heure, la feuille était finie, enfin, on aurait pu espérer que ça s'arrêterait là mais non. Il a voulu voir où on en était dans nos textes sur le séjour, il a fallu ouvrir les cahiers, et on a senti un vent de panique chez certains qui n'avaient rien écrit depuis le début, ou vraiment pas grand chose. Heureusement, la Gestapo n'était pas de sortie, il n'a presque rien vu, il a joué à l'Oberkampf Führer en écrivant un plan au tableau avec tout ce qu'on devait écrire,  l'introduction, les paragraphes, toutes les consignes étaient écrites en gros et en rouge, avec 25 lignes minimum exigées. 25 lignes, pire que le goulag, Déjà en écrire 10, c'est dur, mais là, c'était affronter l'Himalaya. Heureusement, à 11 heures, il a été obligé de se calmer, les animateurs venaient nous chercher pour nous équiper pour le ski et pour fuir à table. Que le repas nous a semblé bon ce midi !

A 13h00, nous étions prêts au pied des pistes. Nous y sommes restés jusqu'à 15H00, à patauger dans la soupe, il valait mieux ne pas tomber dedans, elle était flottarde et pleine de terre. Tout le monde y a goûté quand même, avec plus ou moins d'assiduité. Les mamans, vous êtes prévenues, il y a de la machine à laver à faire tourner au retour...

2008_09202février0004

 

Le retour, le drapeau blanc marque la fin du calvaire.

2008_09202février0005

2008_09202février0006

2008_09202février0013

 

Même le groupe moyen est à la peine.

 

2008_09202février0015

2008_09202février0018

2008_09202février0021

2008_09202février0023

 

Pour le groupe fort, c'est moins laborieux mais quand même. On verra demain s'ils sont si forts sur cette même piste pendant la flèche. 

2008_09202février0025

 

15H00, c'est la fourmillère, il en arrive de partout.

2008_09202février0028

 

Et d'un coup, ça se calme.

2008_09202février0029

 

Ouf, David Le Guennec est descendu sain et sauf, on n'aura pas besoin de s'occuper de ses élèves.

2008_09202février0030

 

 

Petite fatigue à l'arrivée.

Retour au bercail, rangement des affaires, un peu de repos bien mérité, à 17H00 il y avait de nouveau classe avec l'amiral mais c'était plus cool, et il y avait les douches. Là au moins on est presque tranquille. Puis nouvelle punition du soir, une espèce de poisson pané avec des légumes bizarres après l'inévitable soupe.

2008_09202février0034

2008_09202février0039

2008_09202février0037

 

Même la soupe les rend folles, il est vraiment temps qu'on rentre.

Allez, bonne nuit tout le monde.

Posté par Amiral22 à 23:25 - Commentaires [8] - Permalien [#]

Mardi matin

Bonjour à tous,

Il n'y a pas eu de message hier soir, le contact était coupé, non pas que la connexion Internet fut indisponible, c'est une conexion physique qui était hors service. Après le bisou du soir aux enfants et la visite de Dame souris, je suis allé ranger un peu ma chambre qui commence à être un peu encombrée de divers souvenirs, miel et autres produits plus ou moins locaux. Non non non, on ne mettra pas le fromage dans ma chambre quand il arrivera, il y a des chambres froides ici. Donc, en arrivant dans ma chambre hier soir, j'ai déplacé tout le fatras qui trainait sur mon lit, et j'ai eu l'imprudence de m'y allonger un peu. Le résultat ne s 'est pas fait attendre, je me suis laissé emporter dans un délicieux sommeil.

Il faut dire que les journées commencent à tirer un peu les pattes. Hier matin, nous avions classe. Il a fallu préparer le règlement du miel, Bernard apportait la livraison commandée samedi. Puis ceux, nombreux, qui souhaitaient acheter un trésor dans la vitrine du centre, il y avait un créneau entre 10 et 11 heures où David, le gérant du centre, pouvait les accueillir avec ses cartons débordants de merveilles. Vous avez échappé à la boule de neige avec la "Bonne Mère", la Tour Effeil ou pire, le Parc des Princes, mais que les amateurs se rassurent, il y a du très kitch quand même, de la marmotte à poils roses, du loup à poils bleus, et je pense que je suis loin d'avor tout vu.

Hier après midi, il y avait de nouveau ski à 13H00. Le choix du ski à 13H00 était un choix de raison, connaissant l'exposition particulière de Saint Léger et sa réputation de station froide. C'était sans compter sur cet hiver sans nom qui nous est tombé dessus. Sur les relevés de températures que nous notons chaque jour, seules deux mesures ont éé négatives, les premiers matins. Depuis, il n'a plus gelé à 1250 mètres, notre altitude. Du coup, la neige est complètement transformée, dans le jargon du ski, on appelle ça de la soupe, elle colle aux skis et elle est très lourde. L'épisode pluvieux de samedi soir et dimanche matin a complètement détruit la couche de neige, et la terre apparaît à de multiples endroits. Ce n'est pas très agréable, mais on skie quand même. le matin par contre, au dessus du premier télésiège, la neige est tellement glacée que de nombreuses pistes étaient fermées à 9H00, or demain, nous skions de 9 à 11 et de 13 à 15, et à 9H00, les moniteurs du groupe fort organisent une flèche, un slalom géant contre le chrono de l'ouvreur...

Retour au centre pour se changer, un peu de repos, le goûter, et Marion, éleveuse bovine de la vallée, monitrice de ski et fromagère, est venue nous parler de la fabrication des différents fromages du coin et en fait goûter aux enfants. Certains en ont commandé, ils ramèneront ça dans leur petit sac à dos.

Un petit moment d'étude ce soir, puis la punition de 19H00, pas trop sévère, wings de poulet... chou-fleur, il est resté beaucoup plus de choux dans les gamelles que de wings... C'est à ce moment-là que j'ai appris la catastrophe : Pollyanna, l'assistante sanitaire, revenait d'une après midi de queue chez le médecin et nous ramenait un pronostique de grippe ! Il ne s'agit pas d'un Jauressique, mais comme les enfants sont éparpillés dans les différents groupes et les différents étages, ça promet un risque de contagion certain.

On verra bien, de toute façon on ne peut pas faire grand chose.

Je vous mets quelques photos d'hier, et en route pour une matinée de classe. A ce soir.

2008_09191février0001

2008_09191février0002

2008_09191février0003

2008_09191février0009

2008_09191février0015

2008_09191février0016

2008_09191février0017

2008_09191février0021

2008_09191février0027

2008_09191février0010

2008_09191février0062

2008_09191février0063

2008_09191février0067

 

2008_09191février0068

Posté par Amiral22 à 09:11 - Commentaires [7] - Permalien [#]

31 janvier 2016

C'était dimanche, et ça ne s'est pas vu...

Trop cool, un dimanche peinard, rien à faire le matin, petit déj décalé, que du bonheur.

Retour à la réalité, tranquillement installé entre deux couches de draps, une sirène stridente, 7H00, c'est un cauchemard, un mauvais rêve. Et non, alarme incendie, descente d'urgence, ça brûle dans le bâtiment, il faut sortir. J'ai l'habitude, je suis sorti de mon lit, j'ai enfilé le pyjama magique, et je suis monté dans les étages à la recherche des gamins perdus dans les flammes. A deux à l'heure, ça fait dix fois qu'on me fait le coup. Un animateur avait utilisé un peu trop de désodorant, et ça avait énervé le capteur de sa chambre. Et oui, eau et savon, ça fonctionne très bien, même si tu sens le fennec en arrivant sous la douche, tout a disparu avec ça. Vous n'aurez pas de photo de l'incendie, il n'y a eu ni photo, ni incendie... et ni grasse mat. C'est pas grave, on va s'en remettre.

Donc, lever express pour tout le monde, et petit déj dans la foulée. Il a fallu imaginer autre chose, un temps calme pourquoi pas mais ça faisait désordre après ce grand foutoir... Il y a donc eu un début de journée pyjama, accompagné d'une petite fiesta.

2008_091831janvier0001

Rendez vous de zombies, il va falloir inventer quelque chose.

2008_091831janvier0002

Il faut dire que dehors, c'est pas la joie.

2008_091831janvier0006

Alors on s'arrange comme on peut.

2008_091831janvier0007

2008_091831janvier0008

Et let's dance, Bowie sera toujours vivant. 

2008_091831janvier0009

Journée pyjama pour beaucoup d'entre eux, il faut dire qu'il pleut...

Après la punition d'à midi, il fallait bien faire quelque chose et les animateurs sont payés pour ça : Olympiades des Prés Jaunes.: 

2008_091831janvier0013

 

Concours de montage de pyramides de cartes.2008_091831janvier0020

 

Lançage de chaussettes sur Guillaume, la petite à côté ne compte pas, elle ramasse les chaussettes.2008_091831janvier0023

 

 

Parcours avec une bille dans une cuiller.

2008_091831janvier0034

Et comme à l'armée dis donc, relais de rampage. C'est fou comme les filles sont plus fortes à ce jeu...

Puis goûter, douches, punition, et nouvelle petite fête, je sens que vais avoir un peu de mal à reprendre la main, encore que, je vois bien à chaque intervention que je reste le patron, je ne suis pas Amiral 22 pour rien.

  

2008_091831janvier0043

2008_091831janvier0042

2008_091831janvier0041

2008_091831janvier0045

2008_091831janvier0039

C'est tous des malades je vous dis,allez, bonne nuit.

 

Posté par Amiral22 à 22:51 - Commentaires [13] - Permalien [#]


30 janvier 2016

Le temps gris arrive.

Bonsoir tout le monde,

Le temps n'était pas folichon ce matin au réveil, il ne faisait pas froid (5° à 7H45, plein nord) mais ça se couvrait dangereusement à l'horizon.

2008_091730janvier0001

Le Sirac a disparu derrière les nuages

2008_091730janvier0002

Même à Chaillol (le grand X blanc), plein sud, ça semble gris.

Ce matin, Bernard, l'apiculteur de Saint Firmin, est  venu raconter son métier et la vie des abeilles. Il a un peu frémi quand je lui ai expliqué que nous étions quatre classes et que nous avions 104 élèves. Il avait eu une expérience un peu chaude avec un groupe de Marseille un peu trop nombreux et indiscipliné mais je l'ai rassuré, et il n'a pas été déçu. Les enfants ont été attentifs et respectueux, comme à chaque intervention depuis le début du séjour. 

2008_091730janvier0005

La grande salle du centre n'est pratique à utiliser le jour, on ne peut pas y faire l'obscurité et il y  des reflets sur l'écran, ça n'a pas empêché qu'on entende les abeilles voler.

Lorsque Bernard est reparti, sous les applaudissements des enfants, nous sommes remontés en classe, et ceux qui le souhaitaient, très nombreux, ont pu commander du miel. Il arrivera lundi, et restera à l'abri dans ma chambre jusqu'à notre départ.

A 11H30, il fallait descendre manger, ski oblige. La punition était moins sévère que d'habitude, oeufs mimosa et bourguignon. Un peu avant 13H00, tout le monde était prêt au pied des pistes. Je m'étais dit que je prendrais les différents groupes de ski avec leur moniteur mais c'était sans compter sur la cohue du samedi. Toute la région PACA s'était donné rendez vous à Saint Léger les Mélèzes, les parkings étaient pleins de plaques 13, 84, 26, 83 , et les cars de Marseillais se succédaient devant le local où nous rangeons nos skis. Des adultes, des gamins de Gardanne, de Marignane, des ados. Du coup, j'ai laissé mes skis (et mes vieilles jambes) au repos. Inutile de vous dire que les photos de groupes, ce sera pour une autre fois. Voilà un aperçu du souk qu'il y avait au départ ce midi.

2008_091730janvier0009

 

.Le groupe de Cédric est un peu à l'écart

2008_091730janvier0011

 

Christophe a retrouvé ses ouailles.

 

2008_091730janvier0012

Jean Claude cherche encore les siens.

2008_091730janvier0015

On a trop envie d'y aller... Sans compter que sur les pistes, d'innombrables fadas s'imaginent en terrain conquis et descendent à toute allure au milieu de la foule. Comme la neige n'est plus très bonne, le résultat ne s'est pas fait attendre : pas moins de 7 barquettes sont descendues dans l'après midi, avec la valse des ambulances qui les accompagne toujours. Nos enfants sont passés au travers de ce gigantesque foutoir, et tout le monde était à l'appel au goûter. Demain, ce sera encore pire, mais nous les laisserons s'entretuer entre eux, c'est dimanche, et c'est repos pour tout le monde, et le moins qu'on puisse dire, c'est que c'est nécessaire.

2008_091730janvier0020

2008_091730janvier0021

2008_091730janvier0022

On fait la queue au tire cul dans la bonne humeur.

2008_091730janvier0023

Le groupe fort rentre, c'est l'heure.

2008_091730janvier0024

Léger carambolage en haut d'une bosse, rien de bien grave.

Nous sommes rentrés au centre, ceux qui le souhaitaient sont remontés avec moi à la station pour acheter des cartes postales pendant que les autres se reposaient dans leur chambre. Après ça, goûter et étude avec la rotation des douches, le rangement des chambres, le courrier, le cahier de classe de neige à continuer. Vers 18H45, Dame souris, la peluche mascotte de la classe, est venue faire son inspection dans les chambres pour savoir dans laquelle elle allait dormir. Plusieurs chambres étaient à peu près à égalité, ce qui a défini l'emploi du temps de Dame souris pour les deux jours à venir. Ils ont 10 ou 11 ans, ce sont les grands de l'école, mais ils espèrent tous les soirs héberger Dame souris et dormir avec.

Après la punition du soir, au demeurant pas mauvaise (salade composée et gratin de raviolis), une petite veillée calme, "info ou intox" a eu lieu. Demain c'est repos, et il y en a grand besoin, d'ailleurs je ne vais pas traîner non plus. On fera une plus grande veillée demain soir.

Bonne nuit à tous.

PS : Les skieuses, je m'occupe de vous, l'enquête est lancée et j'ai trouvé plein de témoins.

Allez, quelques photos des chambres avec leurs locataires, regardez comme ils ont l'air malheureux.

2008_091730janvier0037

2008_091730janvier0041

2008_091730janvier0044

2008_091730janvier0045

2008_091730janvier0047

2008_091730janvier0050

2008_091730janvier0051

Posté par Amiral22 à 22:35 - Commentaires [7] - Permalien [#]

29 janvier 2016

Encore du sport !!!

Ouf, enfin le soir, plus de ski, plus de marche avec des raquettes, on va essayer de se remettre...

Une grosse fatigue se fait sentir, ce séjour est un séjour sportif, et le week end va être le bienvenu. Nous avions encore une sortie avec les guides de montagne ce matin, une sortie orientée sur les secours en montagne et la survie de blessés ou de victimes en avalanche. Tout un programme, surtout avec toute la neige que nous avons... Nous nous sommes donc retrouvés dans le grand champ de  neige un peu au dessus du centre avec les guides de montagne du Champsaur, que des têtes familières, les deux Olivier, Daphné, Patrice, et Paul, notre conteur d'hier soir.

2008_091529janvier_DVA0125

Paul, notre conteur d'hier soir, un vieux montagnard.

2008_091529janvier_DVA0129

Nos igloos ont souffert...

2008_091529janvier_DVA0134

Les DVA sifflent de partout, on se croirait sur un chantier de BTP, mais où est-il ?

2008_091529janvier_DVA0145

2008_091529janvier_DVA0139

Mattéo appelle les secours, c'est le groupe de Daphné qui va répondre.

Il s'agissait de reconnaître les différentes couches de neige, les différentes formes de flocons, d'utiliser un DVA (détecteur de victime en avalanche) et d'appeler les secours en conséquence. La neige n'était pas vraiment au rendez vous, mais malgré ça les DVA ont été copieusement utilisés. Cet appareil reconnaît les signaux (émis par celui qui est enfoui sous l'avalanche), et on a appris à les utiliser. Pour les couches de neige, c'était beaucoup plus simple, ça allait de une à zéro, pas la peine de se prendre la tête avec les températures des différentes couches pour savoir si l'une d'elle risque de lâcher, la couche est unique et universelle : neige gelée ou glace... ou rien, ce qui simplifie l'observation des couches.

2008_091529janvier_DVA0152

Bon, c'est pas gagné, ça fait dix minutes que la victime est morte sous 10 cm de glace, évitez le hors piste avec vos gosses, même équipés de DVA.

2008_091529janvier_DVA0151

Retour à la civilisation

A midi, la punition s'appelait poisson gratiné avec salade arlésienne, sans commentaire, une punition est une punition, et qu'on n'ait rien fait ou pas, on est bien obligé de la subir... Pas facile d'aller skier après ça, et pourtant, il le fallait, à 13H00 pétantes au bas des pistes, l'ESF nous attendait. Mais il faisait beau et doux, avec une neige bien molle en bas, un peu plus dure à 2000 mètres. Et puis ça s'est couvert en haut, le sommet de la station a été pris dans les nuages, et avec l'héroisme qui me caractèrise, j'ai fui à l'étage inférieur. Qu'on était bien avec les débutants à 1300 mètres au soleil, en plus ça ne va pas vite et ça fait moins mal aux pattes. J'y suis resté jusqu'à la fin, et tout le monde a fini par s'y retrouver, sauf le groupe fort, mais ceux là, c'est des malades, et on ne les voit jamais avant la fin des cours de ski.

2008_091629janvier_ski0031

2008_091629janvier_ski0032

2008_091629janvier_ski0038

2008_091629janvier_ski0037

2008_091629janvier_ski0043

2008_091629janvier_ski0045

2008_091629janvier_ski0051

2008_091629janvier_ski0062

2008_091629janvier_ski0063

2008_091629janvier_ski0065

2008_091629janvier_ski0066

2008_091629janvier_ski0067

Retour au bercail, repos, douches, goûter, et nouveaux intervenants : pisteurs secouristes maîtres chiens de la station d'Orcières. si après ça vos gosses s'aventurent en zone hors piste dangereuse, je veux bien devenir curé. Ils commencent à être un peu blasés par les avalanches et les couches de neige, mais là il y avait un chien de secours, un border collie, sympa comme tout, et il était "trop mignon", "trop cool", "trop beau". On aurait même pu faire passer un peu de proportionnalité, personne n'aurait rien vu. Le chien a eu sa dose de gratouilles pour six mois, et après tout le monde est allé se laver les mains car c'était l'heure du miam. Bon, "miam" est un bien grand mot, avouons-le, mais je n'avais jamais encore goûté à un parmentier de poisson. Apparemment, ça existe...

2008_091629janvier_ski0069

2008_091629janvier_ski0070

2008_091629janvier_ski0068

La veillée de ce soir a été réduite à sa simple expression, une petite histoire et au lit, tout le monde est trop fatigué. Moi aussi d'ailleurs, alors je vais les rejoindre. Bonne nuit à tous.

Posté par Amiral22 à 23:52 - Commentaires [6] - Permalien [#]

28 janvier 2016

Fausse manoeuvre

Je reprends le message qui vient d'être publié par erreur avant d'être terminé :

Nous avons terminé la journée d'hier par une intervention remarquable : un film sur l'hiver dans le parc du Grand Paradisio en Italie et la vie de la faune pendant un hiver particulièrement rude, présenté par un guide de montagne du coin.

Après ça arrivait la punition du soir, c'était l'heure du souper ; "repas champsaurin" : tourtons et oreilles d'ânes. Rassurez vous, les oreilles de vos gosses sont intactes, les oreilles d'ânes, c'est des épinards enrobés d'une sorte de béchamel, ça peut être très bon... ça peut, des fois, mais pas toujours, je laisse à vos gamins le soin de vous narrer cette aventure culinaire.

Bon appétit...

Ce matin, une grosse journée se préparait. C'est sûr, elles sont toutes bien remplies, mais celle-ci avait un petit plus par rapport aux autres. D'abord, il nous a fallu partir pour une autre vallée, certes pas bien éloignée, mais qui nécessitait de prendre un car pour rejoindre l'une des sources du Drac, celle du Drac Blanc, dans la vallée de Champoléon. Pas de tire cul, pas de télésiège, pas de piste de ski, il y a quelques traces de ski de fond à l'entrée de la vallée, et plus rien. Une route défoncée, sans verglas cette année, qui part au bout du monde, sous des sommets qui ne laissent que très peu passer le soleil, vallée nord-sud, un vrai frigo. Par chance, il fait très doux pour la saison, nous n'avions pas besoin de trois couches de polaire pour résister au froid.

Nous commencions ce matin par la visite de la Maison du Berger, un passage incontournable quand on se déplace dans le Champsaur, une sorte de musée de la vie pastorale remarquablement organisé autour d"un film sur la vie des bergers et d'une exposition permanente sur l'élevage des moutons.

2008_091528janvier0058

Le guides sont au rendez-vous sur le parking.

2008_091528janvier0060

Les Borels, chef lieu de la vallée de Champoléon, douze maisons, une église, un bistrot...

2008_091528janvier0061

...et une école désaffectée, mais la cour, à gauche, fait rêver.

2008_091528janvier0065

On est un peu en avance devnt la maison du berger, alors on va entonner une petite chanson.

2008_091528janvier0068

C'est bon, on y est, le film sur la vie pastorale va commencer.

2008_091528janvier0070

C'est Camille qui nous acceuillait aujourd'hui.

Comme il faisait très doux à midi, nous ne sommes pas allés nous metre à l'abri dans l'ancienne école du village où nous mangeons habituellement. Nous avons pique niqué dans la neige près des départs des sentiers de rando en raquettes. Il faisait beau et doux même si le vent se levait un peu et ce fut un grand moment. 

2008_091528janvier0072

L'aiguille d'Orcières et le Drac, une pissouille de chat en hiver, sa source est toute proche, mais ce peut être un torrent tumultueux avec la fonte des neiges en mars avril.

2008_091528janvier0073

2008_091528janvier0075

2008_091528janvier0076

2008_091528janvier0077

2008_091528janvier0080

Ah, ça c'est du pique nique, on mange mieux à Champoléon qu'au centre...

Vers 13H00, quand le soleil éclairait encore un peu la vallée, nous avons chaussé les raquettes et nous sommes partis vers le nord à la recherche des chamois et des bouquetins. On en a bien vu quelques uns au loin mais soyons francs, même à la longue vue, un chamois c'est gros  comme une crotte de mouche et il faut vraiment l'oeil expert d'un guide de montagne pour le repérer. Les gamins étaient ravis, et nous sommes rentrés car la température commençait à baisser sérieusement, et comme on a zéro malade, on va essayer de tenir comme ça jusqu'au bout. Mais ça n'a pas empêché vos mômes de plonger une nouvelle fois dans la neige, parfois la tête la première.

2008_091528janvier0081

2008_091528janvier0082

2008_091528janvier0089

2008_091528janvier0095

2008_091528janvier0097

2008_091528janvier0103

2008_091528janvier0108

2008_091528janvier0116

2008_091528janvier0117

2008_091528janvier0118

2008_091528janvier0119

2008_091528janvier0120

2008_091528janvier0121

2008_091528janvier0122

2008_091528janvier0124

Arrivés au point de rendez-vous, nous avons un peu attendu le car, et ce fut l'occasion pour la plupart de continuer à manger de la neige. Un petit goûter au centre, et direction la classe et les douches pendant le moment que l'on appelle ici l'étude. On n'étudie pas grand chose, mais les enfants apprennent à se gérer tout seuls : rotation des douches, rangement des chambres, courrier, mise à jour du cahier de classe de neige.  Je suis très agréablement surpris de voir tous les enfants, sans exception, participer à cette organisation avec solidarité, entraide, et efficacité.

Par contre, il est très regrettable que certains enfants n'aient pas encore reçu la moindre lettre. Ils souffrent de voir les autres ouvrir leur courrier, et on commence à avoir des larmes. C'est inutile d'envoyer des mails, je ne peux me connecter que dans un bureau où il n'ont pas accès et pour qu'ils puissent les lire, je dois les copier-coller sur une feuille .doc, et j'ai autre chose à faire, alors que ceux qui sont concernés attrapent leur stylo et une feuille de papier et accomplissent leur rôle de parent. Merci. 

Arès le repas, un dernier grand moment nous attendait, Paul Cayrusso, guide de montagne et conteur, venait animer une soirée conte pour nous.

Nous le retrouverons demain puisqu'il fera partie de nos accompagnateurs pour une nouvelle ballade à la découverte de la neige, de ses propriétés, des avalanches et de la recherche des victimes d'avalanche.

Bonne nuit à tous et à demain.

 

Posté par Amiral22 à 23:23 - Commentaires [9] - Permalien [#]

Des raquettes et des moutons

Bonsoir à tous, 

Une grosse journée vient de se terminer. D'accord, elles sont toutes bien remplies, mais celle-ci avait un petit plus par rapport aux autres. D'abord, il nous a fallu partir pour une autre vallée, certes pas bien éloignée, mais qui nécessitait de prendre un car pour rejoindre l'une des sources du Drac, celle du Drac Blanc, dans la vallée de Champoléon. Pas de tire cul, pas de télésiège, pas de piste de ski, il y a quelques traces de ski de fond à l'entrée de la vallée, et plus rien. Une route défoncée, sans verglas cette année, qui part au bout du monde, sous des sommets qui ne laissent que très peu passer le soleil, vallée nord-sud, un vrai frigo. Par chance, il fait très doux pour la saison, nous n'avions pas besoin de trois couches de polaire pour résister au froid.

Nous commencions ce matin par la visite de la Maison du Berger, un passage incontournable quand on se déplace dans le Champsaur, une sorte de musée de la vie pastorale remarquablement organisé autour d"un film sur la vie des bergers et d'une exposition permanente sur l'élevage des moutons.

Comme il faisait très doux à midi, nous ne sommes pas allés nous metre à l'abri dans l'ancienne école du village où nous mangeons habituellement.

Posté par Amiral22 à 23:20 - Commentaires [3] - Permalien [#]

27 janvier 2016

Nous revoilà,

La redoutable épreuve de la matinée de classe est passée, et nous sommes partis skier en début d'après midi. Il n'y a évidemment plus personne sur le tapis roulant, tout le monde prend maintenant le tire cul et les skieurs initiés ou confirmés montent plus haut sur le premier télésiège, voire sur le second qui emmène au point culminant de la station, aux environs de 2000 mètres d'altitude. Quand j'ai envoyé le post d'à midi, j'étais un peu en retard, et j'ai eu beau courir un peu, tout le monde s'était envolé quand je suis arrivé au pied des pistes. J'ai donc pris le premier télésiège pour survoler une partie de la station et éventuellement apercevoir mes ouailles qui redescendaient. Mais je n'ai rien vu du tout, le télésiège passe dans des trouées taillées dans le mélezin et ne survole pas les pistes. Alors j'ai pris le second. Toujours pas d'enfants, mais un paysage à couper le souffle :

2008_091427janvier_AM0020

L'autre face de la Grande Autane, le sommet (2700 m) qui domine Saint Léger.

2008_091427janvier_AM0021

Au loin, la Drôme.

2008_091427janvier_AM0027

Vers l'ouest

2008_091427janvier_AM0022

 

Vers le sud.

 

J'ai juste fait un tour à pied autour du sommet du Cuchon (le point culminant de la station) mais il y a aussi une table d'orientation un peu plus haut à laquelle on accède sans les skis et où je monterai la prochaine fois, c'est une vingtaine de mètres plus haut et le paysage doit y être encore plus grandiose et dégagé. Le temps de faire demi tour et de rencontrer cet étrange attelage, j'entendais des voix familières.

2008_091427janvier_AM0025

Les enfants du groupe initié arrivaient à grand cris de "Yannick, Yannick !" Plus le choix, il fallait redescendre avec eux. Alors nous sommes redescendus. La neige est variable, suivant l'exposition. Certains secteurs ombragés peuvent être complètement glacés et ceux mieux ensoleillés sont transformés en soupe, on passe de l'un à l'autre en permanence, et plus on descend, plus la neige est transformée. Et puis il y a du monde, on est rarement tout seul...

2008_091427janvier_AM0028

Le groupe de Cédric

 

2008_091427janvier_AM0033

2008_091427janvier_AM0037

2008_091427janvier_AM0045

Une fois arrivé en bas, j'ai retrouvé les débutants, très fiers, qui n'ont pas manqué de me jurer qu'ils n'étaient pas tombés de la journée.

2008_091427janvier_AM0052

2008_091427janvier_AM0053

2008_091427janvier_AM0054

Les moniteurs ont harmonisé les groupes de façon à ce que les plus à l'aise se retrouvent entre eux et que les plus en difficulté soient ensemble. Problème, les filles de la classe s'en sont mêlées et n'ont pas voulu quitter leurs copines, et les moniteurs ont dû céder... On ne résiste pas comme ça à Jalane ou à Manon, je le saurais...

Tout le monde dort à poing fermé, j'ai demandé aux animateurs d'écouter la veillée et de donner dans le très calme, rando en raquettes oblige. Demain, nous partons dans la vallée de Champoléon, vallée nord sud qui voit naître la source du Drac blanc, où le soleil n'apparaît qu'entre onze et treize heures en janvier, et qui est entourée de sommets qui culminent à plus de 3000 mètres d'altitude. Ambiance haute montagne, et des températures certainement beaucoup plus rudes que ce que nous connaissons ici.

J'y serai aussi, alors bonne nuit à tous et à demain.

 

 

Posté par Amiral22 à 22:07 - Commentaires [14] - Permalien [#]